[Inspiration] Chris Cornell, the Black Hole Son

« Je ne suis pas un auteur qui prend position. Ce que j’aime faire, c’est faire de la peinture avec les paroles, créer des images colorées. Je pense que c’est ce que devraient être le divertissement et la musique » Chris Cornell.

Chris Cornell a toujours fait partie des artistes dont j’avais envie de parler sur le site. Pourtant, on ne peut pas dire qu’il m’ait marqué comme ont pu le faire Freddie Mercury, Jim Morrison, David Bowie, ou plus récemment Trent Reznor ou Wes Borland. Mais je me suis rendu compte que c’est un des artistes qui m’accompagne régulièrement depuis plus de 20 ans, sans que ça m’ait poussé, comme j’ai pu le faire pour d’autres, à essayer d’en savoir plus sur lui et sa carrière. Bien sûr je possède ce que je considère être ses albums majeurs, que ce soit avec Soundgarden, Audioslave ou en solo.

En fait, Chris Cornell, c’est un peu comme cet ami d’ami, que tu ne vois pas très souvent, que tu ne connais pas très bien, mais à qui tu es attaché et à chaque fois que tu le croises, tu passes un super moment.

Je suis ultra fan de sa voix et j’ai donc envie d’évoquer mes morceaux préférés. Déjà, tu peux lancer cette playlist, qui contient toutes les chansons dont je vais parler, et pas mal d’autres aussi. J’ai organisé les chansons dans l’ordre dans lequel je les ai découvertes. Pour la conclure, j’ai calé quelques reprises qui valent vraiment l’écoute.

Black Hole Sun, la découverte.

Comme beaucoup, j’ai découvert Chris Cornell et Soungarden avec cette chanson, au milieu des années 90, à la belle époque où ce genre de musique passait sur Fun Radio, Skyrock ou encore NRJ. Le Grunge n’a jamais été un genre de musique qui me faisait particulièrement rêver, donc je ne suis pas allé plus loin.

You Know My Name, le coup de foudre.

Il a fallu attendre une dizaine d’années avant que Cornell ne se rappelle à mon bon souvenir, avec le générique de Casino Royale. C’est simple, c’est mon générique de James Bond préféré avec Goldeneye et Goldfinger, et reste de trèèèès loin la meilleure de l’ère Daniel Craig. En plus elle passe après Die Another Day de Madonna qui reste de trèèèès loin la pire, toutes périodes confondues. Le tour de force de ce morceau, c’est de coller parfaitement à la nouvelle dynamique insufflée par cette nouvelle version de Bond plus musclée. Dynamique qui malheureusement s’est effondrée rapidement après, mais ceci est une autre histoire.

J’ai fini par acheter Carry On, son deuxième album solo, pour cette chanson et cette reprise incroyable de Billie Jean de Michael Jackson. L’album est très sympa, sans être fou non plus.

Cochise, la confirmation.

Grâce au fabuleux jeu Guitar Hero, j’ai découvert Cochise et par la même occasion Audioslave, le groupe qu’il a formé avec les anciens membres de Rage Against The Machine. En gros il a remplacé le chanteur, pour un résultat plutôt efficace. J’adore surtout leur premier album. Audioslave, c’est très efficace mais ça manque du petit truc en plus qui fait la différence entre de la très bonne et de la graaaande musique. Ça n’empêche pas que I Am The Highway fait partie des plus belles chansons du monde dans la catégorie “non je pleure pas j’ai plein de poussière dans l’œil”. Puis dans Rock Band, le petit frère brillant du jeu cité précédemment, je me déchaînais sur Spoonman, qui m’a enfin poussé à acheter Superunknown, qui reste l’album phare de Soundgarden. C’est devenu un album Grunge emblématique, avec Nevermind de Nirvana et Ten de Pearl Jam.

Scream, l’ovni R&B

Oui oui tu as bien lu, Chris Cornell a sorti un album solo R&B/pop, produit par Timbaland, producteur hip hop et R&B très célèbre. J’avoue avoir été surpris à la première écoute, parce que je m’attendais à un mélange rock/hip hop et au final il n’y a pas de guitares, ce qui est quelque peu décevant et déroutant. Au final, il y a quelques morceaux que j’aime bien, et je le confesse, j’aime tellement la voix de Cornell que je suis prêt à l’écouter, peu importe ce qu’il fait. En tous cas gros respect pour avoir pris ce risque. Il était évident que les fans de R&B n’auraient rien à faire de cet album, et que la grosse majorité des fans de Soundgarden, Audioslave, Cornell n’allaient pas s’y intéresser ou s’offusquer d’une telle hérésie. Je pense qu’il a eu envie de se faire plaisir, et il a bien eu raison. D’autant plus que les versions live sont plutôt pas mal.

Ensuite, j’ai un peu lâché sa carrière, même si j’étais très content que Soundgarden se reforme.

Au final, en écrivant ces quelques lignes, et en me replongeant dans sa discographie, je me suis rendu compte qu’il a presque toujours fait partie de ma vie musicale. Et il n’est pas prêt d’en sortir.

Partage pliz, ça me ferait fort plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑